Philippe Morvan

Scénographe, Philippe Morvan aime travailler au cœur de l'espace public. Il signe des mises en lumière éphémères, à l’image de ses machines lumineuses et sonores qui jouent sur les sensations des spectateurs. Son univers se nourrit du théâtre et du cinéma pour lesquels il crée des décors. Il puise également son inspiration dans la musique qui donne à ses projets leur dynamique. Libre à chacun d’imaginer l’histoire qu’il veut, derrière le scénario qu’il a écrit. Ses installations voyagent dans le monde entier.

Plus d'infos sur le site de Philippe Morvan


Toutes les oeuvres

Luminex (2017)

Assistez à un spectacle lumineux qui émane d’une surprenante machine aux allures très seventies. Ses nombreuses sphères lumineuses, clignotent, scintillent et émettent des flashs, donnant par moments à la place de la Bourse des allures de dancefloor, sur fond de bande-son psychédélique. À d’autres, l’ambiance se fait plus apaisée, et la lumière, tamisée, presque intime, à l’instar des lumignons du 8 décembre, invite à la contemplation. Deux disques tapissés de miroirs démultiplient les effets de cette machine cubique, intrigante et hypnotique.

L (2017)

Un L monumental se dresse devant le Palais de la Bourse, fier et emblématique. Il souligne l’entrée du bâtiment. Un L comme Lyon. Un L comme Lumière. 200 plafonniers récupérés dans un grand hôtel d’Helsinki et assemblés comme dans un jeu de Lego, le composent. Ses globes diffusent une lumière incandescente dont l’intensité varie, allant du orange qui évoque alors le feu, jusqu’au blanc. Ses points monochromes font écho à ceux du «Luminex», placé non loin de lui, sur la Place de la Bourse. Vibrez à l’unisson de ce L élégant et racé.

«L» célèbre les 15 ans du Club des Partenaires de la Fête des Lumières.

Luminex (2016)

Composé de plusieurs centaines de LED, Luminex s’ancre dans la tradition lyonnaise en la renouvelant : c’est, en quelque sorte, un lumignon géant (4,5m de haut et 3m de diamètre). Ses 420 globes lumineux, très seventies, vont illuminer et animer la place centrale du centre commercial de la Part-Dieu. Variations de lumière, de graphisme, d’intensité et de fréquence sont à découvrir, tel un miroir infini, de tous les étages du centre.

Psyché (2013)

Cette sculpture monumentale culminant à 4m20 de haut et visible à 360° capte les mouvements de la ville en plein cœur du quartier de la Part-Dieu. Elle se compose de 126 cubes miroirs de multiples tailles, rétro éclairés, qui jouent sur la perception et l’illusion d’optique grâce à des effets graphiques et lumineux.

Ring[Z] (2012)

L’artiste s’est inspiré de la forme de ce site chargé d’histoire : le cercle. Plusieurs disques sont installés dans l’arène et s’animent suivant les boucles lumineuses et musicales faisant ressentir une force d’attraction. Fils luminescents, gyrophares, guirlandes stalactites et autres ampoules flash light se fondent dans le dispositif led et éclairent cette figure géométrique sans commencement ni fin, atteignant 16 mètres de diamètre.

Et après la Fête des Lumières :
Switch On Beijing 2013
Lux Helsinki 2014

Cosmogole (2011)

Une sphère centrale de 3 mètres irrigue 60 petits globes de lumière, tels les 60 tribus gauloises réunies au début de notre ère pour fonder la première nation de notre histoire. Le scénographe Philippe Morvan occupe à merveille l’amphithéâtre des Trois Gaules avec cet objet festif qui repose sur un sol tapissé de guirlandes lumineuses.

Et après la Fête des Lumières :
Leipzig 2013
Lux Helsinki 2013

8m3 (2010)

Petites annonces, slogans, poèmes, mots d’amour, affiches culturelles accrochés sur une structure lumineuse : les messages des habitants du quartier s’assemblent pour former une gigantesque mosaïque. Les mots apparaissent les uns après les autres, clignotent, changent de couleur. Les petits papiers éclairés individuellement forment un ballet lumineux aux airs de radiographie du quartier.

Et après la Fête des Lumières :
Salon du livre 2011 de Leipzig