Histoire d'une fête

La Fête des Lumières en quelques chiffres

  • Plusieurs millions de visiteurs
  • 80 projets lumière
  • 8 millions de lumignons vendus sur le territoire du Grand Lyon
  • 3 millions de voyages sur le réseau des transports en commun (TCL)
  • Reportages sur 14 télévisions,
  • plus de 500 articles de presse écrite
  • l'actualité de la Fête sur 11 radios,
  • Un parc hôtelier complet pendant les 4 jours de la Fête,
  • Un budget global de la Fête financé à 50% par des partenaires institutionnels et privés.

Histoire d'une fête

En 1850, les autorités religieuses lancent un concours pour la réalisation d’une statue, envisagée comme un signal religieux au sommet de la colline de Fourvière.

Un an plus tard, ce concours est remporté par le sculpteur lyonnais Fabisch, et la date du 8 septembre 1852  est choisie pour son inauguration. Mais au mois d’août, la Saône sort de son lit et envahit le chantier où la statue doit être réalisée.


L’inauguration est donc reportée au 8 décembre, fête de l’immaculée conception. Le jour même, les journaux annoncent le programme de la soirée et toute la ville se prépare pour l’événement. Quelques uns prévoient même d’illuminer les façades de leurs habitations à l’aide de bougies.

Mais le mauvais temps va à nouveau contrarier les réjouissances, contraignant les autorités religieuses à remettre l’inauguration au 12 décembre. Malgré ce contrordre, l’enthousiasme des Lyonnais ne fut pas éteint.

Dès 18h, les premières fenêtres s’allument, et à 20h, la ville entière est illuminée. Une grande partie de la population descend dans la rue, joyeuse et attendrie, s’étonnant de ce geste spontané et communicatif. Les autorités religieuses suivent le mouvement et la chapelle de Fourvière apparaît alors dans la nuit. Ce soir là, une véritable fête est née !

Chaque année désormais, le 8 décembre, les Lyonnais déposent des lumignons à leurs fenêtres et se retrouvent pour déambuler dans les rues de la ville.