Pour 2020, la Fête s'adapte au contexte sanitaire

Attaché à cette tradition, l’exécutif municipal envisage ainsi plusieurs scénarii qui permettraient de maintenir l’événement : « notre pari, c’est d’arriver ensemble à faire reculer l’épidémie d’ici le mois de novembre », explique Grégory Doucet, le Maire de Lyon.

Cette nouvelle formule impliquerait le déplacement de certaines installations dans quelques parcs dont la typologie est propice à la présentation distanciée des oeuvres, à la création de circuits de déambulation, à la gestion maitrisée de l’accès et des flux. Ce pari repose sur la possibilité d’autoriser à nouveau des rassemblements publics d’une jauge maximale de 5 000 personnes par lieu. Les adaptations nécessaires pour organiser les mouvements du public lors de l’évenement seraient à l’image des procédures déjà mises en oeuvre par les établissements culturels de la Ville de Lyon, les musées comme les salles de spectacles.

« Cet axe de travail prend en compte le point d’équilibre fragile entre la nécessité de nous protéger, étant toutes et tous en postition de responsabilité dans l’évolution de l’épidémie, et la nécéssité du « vivre ensemble », plus que jamais primordial. Malgré tout, si le contexte nous l’impose, nous reporterons la Fête des Lumières à l'année prochaine», confirme Grégory Doucet.
 

une-riviere-de-lumiere_muriel-chaulet_dsc_1007.jpg

Une rivière de lumières - Fête des Lumières 2019