Collectif Coin

Collectif Coin est un laboratoire créatif transdisciplinaire basé à Grenoble, à géométrie variable : ses artistes s’associent, selon les événements. Leur point commun est de travailler sur les arts numériques. Son directeur artistique, Maxime Houot porte, tour à tour, les casquettes de musicien, de scénographe et de «bidouilleur» infatigable en électronique et microcontrôleurs. Il crée des dispositifs pour proposer une représentation digitalisée de l’espace et aime les façonner en fonction des sites de ses installations. Toutes sont imprégnées de son regard rêveur et naïf, inquiet et cependant émerveillé sur le monde.

www.collectif-coin.com

 

Globoscope from Collectif Coin on Vimeo.


Toutes les oeuvres

Abstract (2017)

Abstract cherche à vulgariser et à incarner dans l’espace, grâce à la lumière, la théorie de la relativité d’Einstein selon laquelle «l’écoulement du temps est une illusion». Plantée sur la place Antonin Poncet, une forêt de mâts verticaux  orne les pelouses du parvis. Ces mâts sont parcourus, avec une lenteur quasi-hypnotique, par des triangles lumineux, qui symbolisent les instants et le temps qui passent inexorablement. Accompagnée de musique, cette chorégraphie synchronisée invite les visiteurs à une déambulation lumineuse, calme ou dynamique.

Globoscope (2017)

Avec «Globoscope», le Collectif Coin cherche à reproduire, à grande échelle, le fonctionnement d’un écran. Chaque sphère lumineuse représente l’un des pixels de ce dernier. Disposées à distance les unes des autres, elles occupent tout l’espace et hypnotisent le spectateur qui,  soit prend du recul pour mieux appréhender l’œuvre, soit  crève l’écran en traversant l’étendue d’herbe parsemée de ces globes lumineux, au cours d’une promenade surréaliste et poétique.


Avec le soutien de Smart and Green

Globoscope (2017)

Avec «Globoscope», le Collectif Coin cherche à reproduire, à grande échelle, le fonctionnement d’un écran. Chaque sphère lumineuse représente l’un des pixels de ce dernier. Disposées à distance les unes des autres, elles occupent tout l’espace et hypnotisent le spectateur qui,  soit prend du recul pour mieux appréhender l’œuvre, soit  crève l’écran en traversant l’étendue d’herbe parsemée de ces globes lumineux, au cours d’une promenade surréaliste et poétique.


Avec le soutien de Smart and Green