Stéphane Durand & Patrick Laurino

Stéphane Durand est plasticien, peintre et décorateur pour le cinéma et le théâtre. Les installations qu’il imagine avec Patrick Laurino, constructeur de décors, s’inspirent d’objets du quotidien dont il s’amuse à détourner l’usage initial. Fidèle des Invites de Villeurbanne, le duo collabore aussi régulièrement avec les Francofolies de La Rochelle. Une complicité artistique de 15 ans, où les deux acolytes posent un regard critique sur notre quotidien de citadins, sans pour autant se départir de leur humour. Par une rupture d’échelle, leurs créations démesurées confèrent au réel une nouvelle dimension, poétique et décalée, pour créer des ambiances insolites au cœur du paysage urbain.


Toutes les oeuvres

Faites vos jeux (2019)

Place du Griffon, tel un navire échoué, un flipper de trois mètres sur six gît sur le flanc, les pieds à l’horizontal. Sous la vitre du plateau, les lumières clignotent au rythme des cliquetis de la machine. Pendant que le flipper s’entête à éjecter une bille inexistante, des bribes de conversations se mêlent à l’atmosphère cosy d’un piano-bar. L’ambiance, que l’on devine être celle d’un casino, est ponctuée d’encourageants "faites vos jeux" et "rien ne va plus" d’un croupier invisible. La douce ironie de cette œuvre rappelle les travers d’une société en perpétuelle quête de gain, pour laquelle de nouvelles règles restent à inventer.

Les Veilleuses (2018)

En bord de Saône, quai Romain Rolland dans le prolongement du pont Maréchal Juin, Stéphane Durand & Patrick Laurino ont transformé deux nacelles de chantier en lampes d’architecte géantes. Étranges luminaires surplombés d’abat-jours démesurés, ils se font face, de part et d’autre des voies de circulation, et s’envoient des messages en morse. Des balises rouges et blanches, disposées en cercle autour de chaque lampe, s’animent au moment de l’envoi des signaux lumineux, comme si elles affichaient la progression de leur téléchargement. Objets lumière détournés, Les Veilleuses évoquent la communication un peu laborieuse dans l’espace urbain et l’état de chantier des villes en perpétuelle mutation. 

Mètre (2017)

Monumental et lumineux, le «Mètre» de menuisier, apposé près de la façade de l’église Saint-Bonaventure, entre en résonance avec l’édifice dont il semble prendre les mesures, tout en nous rappelant, avec un brin d’humour, de garder le sens de la mesure !

On peut également lui trouver l’allure fantastique d’un éclair figé dans le sol par un geste divin. Quelle qu’en soit l’interprétation, l’envie de déplier cette installation ludique est irrépressible.


Avec le soutien de Sanctuaire Saint Bonaventure